Tu m’épates, mon chou !

Le chou (Brassica oleracea var. capita) est couramment utilisé en cuisine et connu de tous. Qui ne connaît pas la traditionnelle salade de chou ou la choucroute ? Le chou est une plante médicinale et alimentaire de base, accessible à tous. L’origine du nom est tellement ancienne qu’il y a ressemblance dans toutes les langues. Les anciens utilisaient davantage le chou comme plante à guérir que dans la cuisine. Il était considéré comme une panacée aux multiples vertus. De nombreuses recherches viennent aujourd’hui corroborer cette sagesse millénaire. Le chou faisait régulièrement partie de la cargaison des navires. Les capitaines soucieux du bien-être de leur équipage appréciaient sa valeur nutritive qui protégeait du scorbut. De plus, il se conservait assez longtemps. Les feuilles, ainsi que le suc qu’elles contiennent, peuvent être utilisées pour leurs propriétés médicinales et alimentaires.

Composition et propriétés

Le chou contient une multitude de vitamines, minéraux et oligo-éléments : des caraténoïdes (précurseurs de vitamine A), vitamines (B1, B2, B5, C, E, K, P), folates, calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium, soufre, cuivre, iode, manganèse, silicium, zinc, nickel, brome, chlore, ainsi que du sélénium s’il est présent dans le sol de culture. Le chou contient également : du mucilage, des glucosinolates, de l’acide linolénique, 6 % de glucides, 1 à 4 % d’acides aminés, 0,1 à 0,3 % de lipides et 27 calories par 100 grammes. Sa composition en fait une plante hautement nutritive, fortifiante et tonique.

De plus, plusieurs recherches ont démontré son effet protecteur et anticancer. Pour bénéficier de toutes ses propriétés, il est préférable de le consommer cru, en jus ou en choucroute, ou très légèrement cuit, car la chaleur altère certains nutriments et propriétés. Le chou est aussi un antioxydant reconnu. Le chou rouge serait le plus bénéfique à ce niveau. Il faut noter qu’une légère cuisson améliore la biodisponibilité des antioxydants; par contre, elle peut détruire d’autres nutriments. Il est donc recommandé de le manger sous diverses formes, de façon à optimiser tous ses bienfaits.

chourouge-creditphoto-pixabaySa richesse en minéraux rend le chou très nutritif pour le système nerveux; il sera utile aux angoissés, aux dépressifs et aux personnes toujours fatiguées. Le chou a une grande action antiseptique, purificatrice, émolliente et cicatrisante sur le système digestif, ainsi que pour tous les problèmes de peau. Il est depuis fort longtemps utilisé pour les ulcères gastriques ou duodénaux, avec beaucoup de succès. Il peut même servir à combattre l’hyperchlorhydrie, si consommé modérément accompagné d’un peu de liquide. Le chou et ses proches parents (brocoli, chou-fleur, chou de Bruxelles) remportent la palme comme aliments favorisant la prévention du cancer, particulièrement le cancer du côlon et de tout le système digestif; plusieurs études viennent le confirmer.

Le suc du chou, ou le jus de choucroute, constitue un vermifuge utile et inoffensif même pour les enfants. À jeun, on consomme trois cuillères à soupe de suc ou de jus par jour, le matin. De préférence, commencer 10 jours avant la pleine lune et poursuivre pendant au moins trois semaines, car l’éclosion des œufs se fait vers la pleine lune.

Par voie externe

Pour tous les problèmes de peau, pour les douleurs rhumatismales et musculaires, ainsi que pour les entorses et foulures, le chou en application externe (cataplasme) est merveilleux pour contribuer à la cicatrisation, l’apaisement de la douleur, l’élimination des déchets et toxines, ainsi que diminuer l’inflammation. Dans certains cas, particulièrement pour les plaies, il peut y avoir aggravation momentanée des symptômes; il ne faut pas s’en inquiéter, car cela atteste de la détoxication et la régénération effectuée par les feuilles de chou.

 Cataplasme de chou

Choisir de préférence des feuilles bien colorées vertes ou rouges; les feuilles centrales et pâles de certaines variétés sont moins efficaces. Pour amollir les feuilles, on peut passer le rouleau à pâte sur les feuilles, les faire cuire à la vapeur quelques minutes seulement ou les macérer pendant une heure dans l’huile. Il peut être nécessaire de retirer la grosse nervure centrale. On applique sur l’endroit visé 2 ou 3 épaisseurs et on laisse plusieurs heures. Toujours couvrir un peu plus grand que la région affectée. On entoure d’un bandage pour maintenir en place. On peut très bien garder ce cataplasme toute la nuit. Entre les traitements, des applications d’huile d’olive ou d’amande adoucissent la région. Il est également possible de mettre de l’huile d’olive sur la feuille avant l’application, si la peau est trop sensible, particulièrement sur des surfaces irritées, brûlées, crevassées… Pour les problèmes tenaces, changer ce cataplasme à toutes les deux ou trois heures pour renouveler les feuilles et maximiser le potentiel curatif du traitement. Il est bon de laisser au moins une heure de repos entre les applications.

choucouronne-creditphoto-pixabayJus de chou

Si vous avez un extracteur à jus, vous pouvez l’utiliser pour faire du jus de chou. L’incorporer à un jus de carotte ou de légume apportera de la variété. Si vous ne possédez pas d’extracteur à jus, il est possible de faire du jus de chou de la façon suivante : hacher finement du chou pour donner 150 ml. Mettre dans un mélangeur. Ajouter 200 ml d’eau fraiche. Partir le mélangeur et augmenter la vitesse graduellement jusqu’au maximum possible. Faite fonctionner jusqu’à ce que le chou soit bien défait. Filtrer avec un tamis très fin ou une mousseline et bien presser. Ceci vous permettra d’aller chercher une bonne partie des nutriments et propriétés du chou. Boire rapidement. On peut mettre quelques goutes de jus de citron pour éviter l’oxydation du jus.

Comme il s’intègre facilement dans l’alimentation, on a avantage à le manger aussi souvent que possible. C’est ainsi qu’il vous apportera le plus de bienfaits. Si on veut en ingérer une plus grande quantité en interne, le jus sera la forme la plus appropriée. En externe, on privilégiera l’application de cataplasme de chou.

En conclusion

Vous avez délaissé le chou ? Vous ne l’aimez pas beaucoup ? Vous avez apprécié ce petit aperçu des qualités du chou ? Apprenez à l’apprivoiser et n’hésitez pas à le réintégrer dans votre quotidien. C’est simple et facile, tout en étant très accessible financièrement. Le chou biologique sera encore plus performant, mais si vous n’en avez pas de facilement accessible, le chou que l’on retrouve dans toutes les épiceries sera tout de même intéressant. Plusieurs personnes achètent à grand frais des suppléments, mais il suffit d’intégrer dans notre quotidien quelques aliments et plantes médicinales de base pour prévenir, apaiser ou guérir bien des malaises.

Related Articles

Les protides

Voici un groupe faisant partie des métabolites primaires: les protides. Dans ce groupe, on retrouve les acides aminés, les protéines, enzymes et plusieurs dérivés, c’est…