Commander ses semences

En février, en plein hiver, on ne s’imagine pas toujours que c’est justement le bon temps de préparer notre jardin…sur papier, évidemment. C’est le temps de faire les commandes de semences.

Faites l’inventaire de vos graines

Répertoriez celles que vous avez déjà, celles qui restent de la saison dernière et celles que vous avez récoltées. En effet, les graines peuvent garder leur capacité de germer pendant un an, deux ans ou même plusieurs années dépendamment de la sorte. Il est donc important de les conserver pour plus tard. Une fois l’inventaire de vos graines terminé, il faut déterminer celles que vous voulez et qui vous manque. Après avoir planifié votre jardin prochain, il vous faut définir le type et la quantité de plantes à acheter. Si vous pensez les semer, il faut commander des graines.

Préparez vos commandes de graines

Vous pouvez procéder par commandes postales ou en vous rendant chez un pépiniériste. Tout d’abord, prenez le temps de regarder les catalogues des grainetiers. On a théoriquement jusqu’en mai pour le faire mais, idéalement, il ne faut pas dépasser mars pour obtenir nos semences à temps,  pour éviter une pénurie, ou du moins pour pouvoir acheter ailleurs si les graines désirées ne sont pas au rendez-vous!

Il est important de chercher à savoir si ce que l’on nous propose sont des graines transgéniques, des graines traitées ou des graines hybrides.

  • Les graines transgéniques sont des graines génétiquement modifiées, des OGM. Pour les jardiniers amateurs, dans le domaine des plantes médicinales, il n’y en a pas vraiment pour le moment. Il faut tout de même demeurer vigilant.
  • Les graines traitées sont des graines enrobées, traitées pour prévenir certaines maladies, fongiques ou autres. Elles sont roses, bleues, vertes ou entourées d’argile blanche mélangée avec un agent fongicide. Normalement, c’est indiqué sur l’enveloppe. Le grainetier le mentionne généralement dans la description de la plante mais ce n’est pas toujours le cas. Certaines compagnies offrent aussi le choix entre des graines traitées ou non traitées.
  • Les graines hybrides sont des graines qui ont été obtenues par la pollinisation contrôlée de plantes choisies par le grainetier afin d’obtenir des plants aux caractéristiques précises. Par contre, les semences que donneront ses plants hybrides ne résulteront pas en des plants semblables au plant mère puisque la pollinisation de ce dernier aura été faite naturellement avec le vent, les insectes et les plants environnants. Si l’on veut cette même variété hybride d’années en années, il faut racheter des semences chaque année.

Il faut préférer, quand c’est possible, les graines biologiques même si elles sont plus chères à l’achat. On peut aussi lire l’introduction du catalogue qui donne une idée de la philosophie du grainetier à ce sujet.

Chaque grainetier a sa façon de décrire et d’identifier les plantes avec plus ou moins de précision. Les noms latins utilisés en botanique nous permettent d’acheter exactement l’espèce désirée, ce qui est particulièrement important pour les plantes médicinales.

Faire des commandes de graines par la poste permet de d’avoir un plus grand choix. Il est maintenant possible de préparer nos commandes sur internet ou, du moins, d’avoir accès en ligne à des catalogues de plantes souvent accompagnés de photos couleurs. Chez certains pépiniéristes, il y a maintenant de bons choix. C’est aussi le dernier recours pour les retardataires.

Un peu de botanique

Comment s’y retrouver dans les catalogues de semences ?

Il est parfois nécessaire, surtout pour les plantes médicinales, de connaître quelques principes de botanique.

Qu’est-ce qu’une graine ?

C’est le lien entre les générations d’une plante. C’est la survie de l’espèce, la propagation de la vie. C’est un embryon dormant. Durant leur dormance, les graines ont une activité métabolique interne très faible mais tout de même existante. Elles absorbent l’humidité de l’air. La nourriture emmagasinée dans l’endosperme ou dans les cotylédons se combine avec l’humidité pour former une forme soluble de nourriture pour la plante-embryon en dormance. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas sécher les graines au four.

Les parties de la graines

Le péricarpe : c’est l’enveloppe entourant la ou les graines.

L’endosperme : c’est la réserve de nourriture située dans l’espace autour et à côté de la plante-embryon. Il s’agit d’une réserve d’hydrates de carbone, de gras, de protéines et de minéraux.

Le tégument : c’est la couche protectrice dure.

Le ou les cotylédons : il s’agit d’une feuille (monocotylédone) ou deux feuilles rudimentaires (dicotylédone)

Classification botanique des plantes

En botanique, on classifie les plantes par :

Famille

Il n’est pas indispensable de connaître la famille d’une plante pour la semer et la cultiver. C’est toutefois une information très intéressante qui peut nous aider à mieux en connaître ses caractéristiques et ses besoins culturaux.

Genre

C’est un nom latin qui identifie déjà plus précisément la plante. C’est un peu comme le nom de famille chez l’humain (exemple : Echinacea pour les échinacées).

L’espèce et les sous-espèces

Le deuxième nom qui suit toujours le nom de genre, c’est le nom de l’espèce, lui aussi en latin. Il précise davantage de quelle plante il s’agit. (exemple : Echinacea purpurea pour l’échinacée pourpre ou Mentha piperita pour la menthe poivrée.

Variétés ou cultivars

Les variétés, ce sont les différences de couleurs dans les fleurs, les feuilles ou les fruits. Ces différences sont naturellement apparues par mutation ou pollinisation croisée.

Les cultivars, ce sont des plantes sélectionnées par l’homme selon certains critères déterminés comme des considérations esthétiques, de résistance à la maladie ou tout autre critère. La sélection se fait par l’observation et par l’élimination des plantes qui ne répondent pas à des critères définis, et par la reproduction des plantes qui répondent à ces critères jusqu’à l’obtention du résultat désiré.

Les graines sont dites fidèles, ce qui veut dire qu’elles ont la capacité de se reproduire et de donner des plantes qui vont ressembler à leurs parents. Le nom du cultivar ou de la variété se retrouve à la fin du nom botanique (noms latins du genre et de l’espèce). Il est habituellement en anglais et entre guillemets. (exemple : Echinacea purpurea « White Swan »)

Hybrides

Ce sont des plantes qui ont des caractéristiques obtenues par pollinisation humaine et contrôlée. Les hybrides semblent être très intéressants mais, si vous voulez récolter vos graines, vous aurez des surprises l’année suivante car les graines de ces plantes donneront des plantes qui ne seront pas fidèles aux caractéristiques des plants mères. Elles ne donneront pas des plantes ayant les mêmes caractéristiques que les plants d’origine.

Pour l’hybridation, l’humain manipule la plante en la pollinisant lui-même avec des plantes d’espèces ou même de genres différents afin d’obtenir des plantes plus intéressantes, plus résistantes ou avec des caractéristiques bien particulières. Des semis sont expérimentés et, si les plantes obtenues répondent à des critères déterminés et spécifiques, les semences seront produites par cette pollinisation contrôlée.

Les grainetiers vont vous vanter les mérites de ces graines et même dénigrer les plantes qui ne sont pas des hybrides. Il faut se méfier car les graines hybrides ne sont pas nécessairement meilleures que les graines traditionnelles. Les semences vendues donnent les résultats escomptés, mais il n‘est pas possible de récolter les graines de ces plantes pour obtenir des plantes semblables à leurs parents. En fait, ces graines sont payantes pour eux car vous devrez les racheter d’années en années si vous voulez avoir la même plante d’une année à l’autre. Souvent, dans les catalogues de graines, on peut voir la mention F1. Il s’agit d’hybrides de première génération. Elles se vendent d’ailleurs souvent plus chères.

Les grainetiers vantent les mérites des plantes hybrides, et elles semblent vraiment attirantes. Malheureusement, elles ne favorisent pas l’autonomie et la biodiversité. Elles sont même en train d’éliminer les variétés anciennes et adaptées à votre environnement. Je crois qu’il est préférable de préserver notre héritage et la biodiversité en favorisant les semences qui ont été sélectionnées depuis des générations par des jardiniers et des cultivateurs. Ces semences sont bien souvent plus robustes, productives, résistantes et même plus belles. De plus, il est possible de récolter nous-même nos semences sur ces plantes et les rendre encore plus adaptées à notre environnement.

Pollinisation libre, ouverte ou croisée

Dans la nature, la pollinisation se fait naturellement par le vent et les insectes. On dit des plantes qui se pollinisent naturellement qu’elles sont à pollinisation libre ou ouverte et/ou croisée Les plantes autofertiles se pollinisent elles-mêmes et celles qui ne le sont pas se pollinisent entre elles elles. Il vaut mieux privilégier les semences de plantes à pollinisation ouverte ou croisée qui est faite par le vent ou les insectes de façon naturelle. Vous aurez ainsi le choix de pouvoir récolter vos semences pour le futur. Aussi, ces graines perpétueront le patrimoine et la biodiversité.

Les types

Annuelles
Rustiques 

Ce sont les plantes qui poussent rapidement dans notre zone climatique (3-4-5), qui fleurissent et qui peuvent même donner des graines dans la saison. Elle meurent après une saison. Il ne faut pas les partir trop tôt car elles manquent rapidement de place dans leur pot à l’intérieur et on est obligé de les rempoter.

Non rustiques 

Ce sont les plantes qui poussent vite mais qui ont besoin d’une saison plus longue avant leur floraison, les plantes plus tropicales de zone 6-7-8-9. Elles peuvent fleurir mais elle ne peuvent peut-être pas donner des graines à chaque année (exemple : le basilic est très sensible au froid et ne produit ses graines qu’en serre ou lors d’étés exceptionnels en zone 5).

Vivaces

Rustiques

La plupart de ces plantes doivent être parties assez tôt. Certaines vivaces parties plus tard ne fleurissent pas la 1ère année. Il faut qu’elles puissent s’installer et bien s’enraciner.

(exemple : Arnica avec un paillis, cataire, échinacée, guimauve, hysope, mauve, mélisse avec un paillis, ortie.)

Non rustiques

Il faut les partir tôt et les considérer comme des annuelles. Elles doiventt être rentrées à l’intérieur à l’automne. Il faut les placer dans un lieu bien protégé avec un bon paillis. Parfois, on peut les réchapper. (exemple : le romarin. C’est une plante arbustive. Elle ne fleurit pas en une année. Elle ne donne pas de graines non plus car elle ne survit pas à nos hivers même avec un paillis

Bisannuelles

Ce sont les plantes qui, la première année, poussent souvent en faisant une rosette de feuilles. Elles doivent survivre durant l’hiver en emmagasinent leur réserves dans leurs racines. Elle font leur floraison et leurs semences la deuxième année. Si on les part trop tôt, elle peuvent fleurir à la fin de l’été, ce qui n’est pas l’idéal. Elle doivent fleurir la deuxième année pour donner leur plein potentiel de floraison et produire leurs graines (exemple : la bardane, la molène, la digitale, l’angélique).

Pour bien planifier

Après avoir compris comment reconnaître et trouver les plantes que vous désirez, il n’y a qu’à mettre par écrit les plantes à commander. Je vous suggère aussi de vous faire des fiches avec toutes les informations que vous pourrez trouver en faisant votre commande : le mode cultural, la zone climatique, le temps de germination, le temps avant la floraison ou la fructification dans le cas des légumes à fruit, la couleur, la hauteur et la largeur, l’espacement entre les plants, les caractéristiques spécifiques ou toutes autres informations qui pourront vous aider à mieux la connaître et la cultiver. Il faut planifier aussi la quantité que vous désirez et prévoir ainsi la quantité de graines à acheter. Là, ce n’est pas toujours clair. La plupart des grainetiers vont vous donner une idée de la quantité de graines par paquet mais ce n’est pas toujours le cas.

Il faut aussi prévoir acheter un peu plus de graines que ce que vous voulez obtenir car le taux de germination n’est jamais de 100% et les plantules ne parviennent pas toujours à maturité.

Et voilà, c’est parti. Il n’y a qu’à attendre les petites enveloppes de vie et à se préparer pour la nouvelle saison à venir…

 

Article tiré de Herbovie, 2008

Related Articles